Previously sur mes joues #4

10/28/2015

Previously sur mes joues #2 : Rapture d'Urban Decay


J'avais pas spécialement prévu de m'enmourailler d'un blush mauve. A mes yeux, c'était genre LA couleur bien fadasse et dans le pot et sur les joues. Et puis comme toujours, ça se termine en kilos de blush mauve tellement qu'il me les faut tous.
M'enfin, déjà 1, le tout premier : la teinte Rapture de la nouvelle gamme de blush Urban Decay dite "Afterglow" (26€, 6,5g).

Alors le trip Afterglow, c'est pas mal du tout. Afterglow texture hyper fine déjà. Très simple à appliquer et à estomper du coup. Par contre, doucement sur la quantité. Toutes les teintes, toutes sans exception, sont très pigmentées. Le mieux c'est encore de les appliquer avec un pinceau duo-fibre ou le Yachiyo de Nars (en photo). Choisissez le pinceau qui vous va, mais l'important c'est surtout d'écarter tout risque de plantage de bon matin. 


Afterglow très bonne tenue aussi. On nous promet du 8h, n'abusons pas mais on touche au 6h en toute tranquillité sur ma peau mixte.
Et puis Afterglow de très belles couleurs, 12 au total, du très basique pêche "Indecent", au rose punchy "Crush", pour finir avec le violet "Bittersweet".
Et parmi elles, Rapture, l'objet de l'article rappelez-vous, un mauve satiné. La teinte la plus foncée de toutes, et surtout au premier abord la moins intéressante. Je redoutais surtout le mauve limite à creuser les joues que la teinte bonne mine. En vrai : AUCUN RAPPORT !

Sur les joues, ce mauve se transforme en un joli rose soutenu certes, mais plutôt vif et de toute gaité. Rien de fadasse et d'ailleurs un grand merci au côté satiné qui allume une mégawatts de lumière une fois posé. Le seul bémol Afterglow, c'est le packaging aimanté mais léger léger, un coup à s'ouvrir en solo et finir en vrac dans sa trousse de maquillage.

Mais tout de même, ça m'ouvre la porte du mauve toutes ces histoires, et c'est d'ailleurs ma nouvelle lubbie. Voilà ! J'attends vos recommandations. Merci.

A très vite
Jessica

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

O L E C A L I E N T E ©