Mucho Mucho le podcast #01︱Ça veut dire quoi aimer son corps ?

5/16/2018

1 an sans pilule (Partie #2 - Cycles et remèdes naturels)

Nous voici donc au deuxième article de ma série "1 an sans pilule" (en vrai ma régularité par ici nous amène plutôt à fêter l'année et demie...)
Comment j'ai retrouvé un semblant de cycle régulier (de 4 mois à 40 jours environ) grâce à mère nature, beaucoup de désarroi parfois et 1 médecin ayurvédique, je vous explique tout ! 

Je vous link ci-dessous le tout premier qui semble beaucoup vous avoir plu au passage, et j'en profite pour vous redonner mon plan en 5 temps aussi précis qu'une dissertation.

....................

Partie #2 : Cycles et remèdes naturels (alimentation, phytothérapie...)
Partie #3 : Tout sur mon acné. Oh oui !
Partie #4 : Ma méthode contraceptive
Partie #5 : Ces changements dans mon petit corps (perte de cheveux, humeur, libido...)

....................

Depuis que j'ai arrêté la pilule et que j'ai commencé à me pencher très sérieusement sur mon cycle, j'ai compris que ça n'avait aucun sens de dire "j'ai des cycles irréguliers". L'idée c'est surtout de comprendre son cycle et ses phases (menstruation, phase folliculaire, ovulation, et phase lutéale).
Déjà, est-ce que vous ovulez ? Si oui, quand ? Combien de jour après avez-vous vos règles ?
L'OBSERVATION !!
C'est le point de départ qui va vous permettre de comprendre le problème.

Il m'a fallu quelques séances d'acupuncture et quelques plantes aussi pour que la deuxième phase de mon cycle rentre dans l'ordre. Désormais, 14 jours après mon ovulation j'ai mes règles. Au moins un truc qui fonctionne correctement dans ce cycle.

En revanche, ce qui cloche toujours c'est la première phase, la phase folliculaire puisqu'elle est anormalement longue. En langage hormonal, mon taux d'œstrogène est beaucoup trop élevé rapport à mon taux de progestérone relativement bas. 
Ce qui veut dire :
- Ovulation tardive et douloureuse entre le 25ème et 28ème jour (la normale voudrait que l'ovulation se fasse entre le 14ème et 18ème jour)
- Syndrome pré-menstruel (seins douloureux, ovaires en sur-régime, acné, ballonnements et insomnies)
- Perte de cheveux
- Migraine
- Des états émotionnels parfois assez instables, du tout au tout si vous voulez.

À part ça je vais bien et je suis une fille vraiment formidable.

L'ayurveda 

Pas seulement pour m'aider à réguler mes cycles mais pour ma santé globale, l'ayurveda c'est magnifique. 
A la base de la base, je me suis tournée vers cette médecine traditionnelle et mon praticien pour mon syndrome du colon irritable. Depuis des mois c'est le jour et la nuit, mon ventre revit et les oiseaux chantent.
J'ai surtout bien capté que mes cycles irréguliers et mon estomac, étaient simplement les manifestations d'un plus gros déséquilibre (dosha vata si ça vous parle). 
Pour la faire très courte, en ayurvéda vous avez 3 doshas/constitutions et même des sous-doshas. Ce qui va suivre en termes d'épices et de plantes notamment, me convient parfaitement mais n'est pas transposable en l'état sans une consultation au préalable.

La phytothérapie

Tous les matins ou presque, je me prépare un "tonic"  avec un peu de ghee (beurre clarifié), 1/2 cac de poudre d'ashwagandha, 1/2 cac de poudre de shatavari, et 4 à 5 gouttes de teinture de myrrhe.
C'est pas  non plus ultra délicieux mais ça se boit aisément.
L'ashwagandha et le shatavari ce sont 2 plantes indiennes quasi reines en matière de fertilité et d'équilibre hormonal féminin. Et nous revoilà dans ces histoires d'œstrogène/progestérone...

Autre plante que j'ai prise pendant quelques mois : l'armoise. J'en ai bu des litres et des litres et mon cerveau à saturé. 
Sur les conseils de mon acupunctrice, à partir de mon ovulation et cela pendant 15 jours, j'ai pris cette plante en décoction (3 à 5 minutes, pas plus). J'ai arrêté quand j'ai vu mes règles débouler très normalement après 14 jours, donc très efficace dans mon cas.

Les épices / racines et l'alimentation 

L'alimentation c'est capital dans l'ayurvéda, et d'ailleurs l'ajout d'épices et racines dans mon alimentation a changé pas mal de choses y compris dans mon confort digestif. 
Curcuma, gingembre, poivre noir, cannelle, cardamome, clou de girofle, coriandre, safran et j'en passe, je les prends en infusion ou dans mon alimentation avec un peu de ghee (le ghee nourrit le sang et les tissus reproducteurs), j'ai même mon petit rituel à partir de la nouvelle lune, un mélange de gingembre, poivre noir, d'ashwaganda et miel.
Ces épices/racines sont considérées comme stimulantes, réchauffantes et favorisent la circulation sanguine.

L'alimentation ayurvédique ce n'est pas juste rajouter un peu de curcuma à sa boisson, la nourriture dans sa globalité et la nature des aliments est très importante. Sans trop rentrer dans les détails, je fais mon possible pour m'alimenter en fonction de ma constitution (pas d'aliments crus, secs ou plats/boissons froides), histoire de ne pas aggraver mon déséquilibre de base et donc mon cycle etc ...
Tout est lié et c'est plus une hygiène de vie qu'une médecine d'ailleurs. Beaucoup de prévention en amont, c'est très interessant.

Vous dire très exactement ce qui ça a changé dans mon cycle depuis que j'ai introduit un pseudo style de vie ayurvédique, c'est pas facile mais déjà je douille nettement moins à l'arrivée de mes règles, idem au moment de l'ovulation.
Je me dis qu'après des longues années sous pilule, ça va prendre du temps mais tout ça c'est déjà très encourageant.

L'aspect plus spirit 

Une tartine de stress, de colère ou de rumination n'arrange rien dans la régularité de son cycle et surtout pas la période ovulatoire puisque les hormones qui la "gouvernent" y sont très sensibles. Pas de recette miracle, y'a qu'à, y'a qu'à, mais un état d'esprit tourmenté n'aide pas en rien et j'en connais un rayon.

Et dans un autre registre, je repense aussi à ce que me disais mon médecin sur le dysfonctionnement de l'appareil reproducteur féminin et les soucis de menstruation (pas mon médecin généraliste vous vous en doutez...)
Attention ça a du sens !
L'appareil reproducteur féminin c'est l'identité féminine, il m'expliquait donc qu'à tous les coups ces problèmes touchent des femmes qui ont un mal fou à accepter leur corps et à incarner leur féminité. Beaucoup de difficultés aussi à prendre sa place et à s'envisager en tant que mère. A coup sûr aussi quelques blocages avec la notion de créativité, puisque c'est l'essence même de cette partie du corps, créer et donner la vie.

A très vite
Jessica

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

O L E C A L I E N T E ©